438-882-1719 info@mnutrition.ca
 1-833-3MANGER ou 438-882-1719

Quand l’appétit va, tout va ! Optimisez votre santé en consultant les nutritionnistes-diététistes des
Cliniques M Nutrition sur la Rive-Sud de Montréal.

Végétarien ou pseudo-végétarien ?

Depuis quelques années, on entend beaucoup parler de gaspillage alimentaire, d’alimentation durable, d’étique animale et de l’impact environnemental de nos choix alimentaires. Dans la même foulée, l’alimentation basée sur les végétaux (végétarisme, végétalisme, véganisme, alimentation végétale peu transformée, etc.) est de plus en plus populaire. Et hop, voilà un nouveau livre, blogue ou documentaire-choc pour nous sensibiliser à la question!

Mine de rien, on retrouve 5 fois plus de restaurants végétariens à Montréal qu’il y a 10 ans! Et à voir le nombre de nouveaux produits offerts dans les épiceries (tempeh, sans viande, fauxmage, PVT (protéines de soja texturées), yogourt de coco, pouding de soya, etc.), cette tendance risque de se poursuivre dans les prochaines années.

Si plusieurs végétariens se réjouissent de cette offre variée et abondante, qu’en est-il des personnes ayant une relation « amour-haine » avec les aliments et souffrant d’un trouble alimentaire? Autrement dit, est-ce que le végétarisme peut rimer avec absence de sentiment de privation et plaisir de manger? Et faut-il tous devenir « végane » pour être en santé?  

Les motivations derrière la transition végétale 

o   Émilie : « Fini les produits laitiers et surtout le maudit fromage! J’adore ça, mais je n’ai pas le choix si je veux enfin perdre ma bedaine et mes cuisses et rentrer dans ma belle paire de jeans trop petite. »

o   Étienne : « J’ai entendu dire que les végétariens étaient plus minces que les omnivores. Comme j’ai 10 lb à perdre, je vais essayer ça! »

o   Julie : « Je me fou pas mal de la façon dont sont traités les animaux. Quand je parle d’éthique animal à ma famille, au fond de moi, je sais très bien que tout ce que je veux en devenant végé, c’est perdre mon ventre et mes grosses fesses !

o   Maryse : « J’aime bien remplacer la viande par le tempeh depuis quelques mois. Ça me coûte moins cher, c’est un produit local, ça respecte mieux mes valeurs de respect des animaux, et surtout j’adore ses arômes de champignons et de noisette! »

o   Samuel : « Je n’ai jamais vraiment été un fan de la viande et des produits laitiers. Quand j’ai découvert les légumineuses en conserve et le tofu qui sont rapides à utiliser et que le végétalisme pouvait rimer avec équilibre et santé, les produits d’origine animale ont naturellement pris le bord. »

o   Philippe : « Suite à l’écoute d’un documentaire, j’ai commencé à me renseigner sur l’éthique animale et sur l’impact environnemental de nos choix alimentaires. Un an plus tard, j’amorce ma transition vers le végétalisme, un pas à la fois, sans compromettre le goût! Je découvre des spécialités des quatre coins du monde. Comme j’aime la variété et la nouveauté, ça me plait bien.  

D’après vous, qui parmi ces 6 personnes a avantage à continuer sa transition végétale de façon saine et durable, sans sentiment de privation (qui mène inévitablement à des excès, à un moment ou à un autre!)? À l’inverse, qui semble utiliser le végétarisme comme un régime camouflé ou une excuse pour se priver ?

Dans ces exemples, Maryse, Samuel et Philippe ont des motivations profondes, impliquant leurs valeurs, qui leur permettront de faire la transition vers une alimentation plus végétale. Émilie, Étienne et Julie utilisent pour leur part le végétarisme comme une méthode de perte de poids restrictive pouvant mener à un trouble alimentaire ou camouflant une relation malsaine avec la nourriture déjà existante.  

Pour savoir si vous faites une transition végétale pour les bonnes raisons, posez-vous cette question simple, mais qui peut être confrontante pour certains. Attention, soyez honnête avec vous-même et laissez tomber les jugements qui pourraient vous porter à esquiver la question… Après tout, le but ici n’est pas de vous culpabiliser, mais plutôt d’amorcer une réflexion qui saura peut-être vous éviter le piège de la privation, qui côtoie bien souvent les nouvelles modes en alimentation. N’oublions pas qu’une première diète peut déclencher un trouble alimentaire ou une relation malsaine avec la nourriture. Ce n’est pas anodin!

Le choix de faire une transition vers une alimentation végétale (ou vers tout autre mode d’alimentation) s’explique-t-il, en grande partie ou en totalité, par le désir de maigrir ou par la crainte de grossir ?

Plus concrètement, si vous aviez à choisir entre un yogourt nature ou un pouding de chocolat végétalien mais riche en sucre, quel serait votre choix ?

 L’art de camoufler la quête de minceur ou la peur de grossir 

Si un peu comme les trois premiers témoignages ci-haut, le désir de perdre du poids vous pousse vers le végétarisme, un drapeau rouge devrait s’allumer! Vous faites probablement partie de ce qu’on appelle le groupe des « pseudo-végétarien(ne) » qui utilisent l’alimentation végétale pour faciliter la réduction calorique, pour manger moins de gras ou pour rendre leur régime socialement acceptable. Ceci peut masquer des problématiques plus profondes (mauvaise estime de soi, image corporelle négative, privation et culpabilité alimentaire menant à des comportements malsains pour la santé, préoccupation excessive à l’égard de l’alimentation ou trouble alimentaire dans le cas d’une personne souffrant par exemple d’anorexie ou d’orthorexie).

À cet effet, saviez-vous que 50% des adolescent(e)s ou des jeunes femmes souffrant d’anorexie adoptent une alimentation végétarienne? Ce type d’alimentation n’est toutefois pas nécessairement le déclencheur ultime de ce trouble de santé mentale et est souvent adopté après l’apparition du trouble, probablement plus pour le camoufler.

Ici, la quête d’une récompense (maigrir!) est soutenue par une motivation peu durable que l’on appelle extrinsèque; c’est-à-dire qu’elle n’a pas de lien direct avec le comportement adopté. Adieu le plaisir de manger végé, de découvrir de nouvelles saveurs, et de satisfaire les sens & bienvenue les repas redondants pauvres en calories et en gras, ainsi que les aliments interdits !

À force de se priver d’aliments d’origine animale, non pas par plaisir, mais par quête de minceur, la viande, le fromage et les produits laitiers risquent de devenir de plus en plus attirants, comme pour tous les aliments que l’on met sur un piédestal en essayant de fuir à tout prix l’idée qu’ils nous font saliver. Peu à peu, comme avec tout autre régime restrictif où un sentiment de privation est ressenti, les pertes de contrôle et les excès reviendront au gallot, bien souvent avec encore plus d’intensité qu’au départ. Et hop, le retour du balancier de l’effet yoyo vous portera probablement à essayer une autre méthode tendance pour perdre ces kilos superflus (régime paléo, jeûne intermittent, cures de jus, etc.)…

Dans ce groupe-ci, le yogourt nature (et peut-être même la version faible en gras) serait choisi au détriment du pouding végétalien au chocolat riche en sucre, simplement parce qu’il est moins calorique. Un point c’est tout! Autrement dit, les questions d’éthique animale ou d’environnement durable sont facilement monnayables et ont bien moins d’importance que la valeur nutritive des aliments.

Le moyen utilisé ici (le végétarisme) est simplement la pointe visible de l’iceberg. Continuez la réflexion en vous demandant « pourquoi est-ce si important pour vous de maigrir ou si grave de grossir? Qu’est-ce que vous craignez ou espérez? »

 

N’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé qualifié pour explorer davantage cette zone émotionnelle pouvant être inconfortable, pour rétablir une relation saine avec votre corps et pour faire la paix avec certains aliments menaçants (d’origine animale ou autres).

Pour prendre rendez-vous avec une nutritionniste des cliniques M Nutrition, contactez-nous au 438-882-1719 ou Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou prenez rendez-vous en ligne sur www.gorendezvous.com/mnutrition.

La recherche démontre bien que l’accompagnement est une composante clé dans la guérison d’un trouble alimentaire et le rétablissement d’une saine relation avec la nourriture. Si vous vous reconnaissez ici, ne tardez pas pour consulter! Plus le traitement est amorcé rapidement, plus les chances de guérison sont bonnes.  

Végétarien convaincu

D’un autre côté, si vous faites partie des végétarien(nes) ayant répondu « non » à la question initiale comme Maryse, Samuel et Philippe l’auraient fait, vos motivations peuvent par exemple être en lien avec l’éthique animale, l’aspect environnemental, la religion, la santé, etc. Ici, le plaisir de manger n’est pas mis de côté au profit du désir de maigrir. Par le fait même, les chances que la personne poursuivre sa transition végétale sainement, de façon durable, et sans risque de déclencher ou d’amplifier un trouble alimentaire sont grandes!

Le choix de l’aliment va bien au-delà de sa valeur nutritive pour une personne qui a à cœur l’éthique animale. Dans ce cas-ci, le pouding végé au chocolat serait ainsi choisi au détriment du yogourt nature, malgré sa richesse en sucre.

Vous vous reconnaissez? Je vous invite à poursuivre votre démarche, avec plaisir et curiosité, en respectant vos limites et vos valeurs. Sachez également qu’avec de l’aide, il est possible de guérir d’un trouble alimentaire, sans devoir abandonner son désir de réduire son empreinte environnementale ou son désir d’éviter la souffrance animale, dans le respect de vos croyances et valeurs.

Une alimentation basée sur les végétaux variée et équilibrée peut combler tous vos besoins nutritifs et favoriser une bonne santé, en plus d’être satisfaisante et pleine de saveurs.

Vous êtes végétalien ou vous désirez amorcer la transition, mais vous ne savez pas par où commencer? Pour éviter les carences et pour en apprendre plus sur cet univers alimentaire, consultez les nutritionnistes des cliniques M Nutrition : 438-882-1719 / Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. / www.gorendezvous.com/mnutrition.

Les motivations se cachant derrière l’alimentation végétale peuvent évoluer au fil du temps. Un végétarien n’est pas à l’abri d’un trouble alimentaire. Un pseudo-végétarien peut pour sa part se laisser graduellement influencer par l’éthique animale ou l’aspect environnemental de l’alimentation végétale et perdre de vue le désir de maigrir qui était omniprésent au début de sa démarche.

Respectez votre propre équilibre alimentaire

Aucun aliment n’est essentiel à une bonne santé. Toutefois, certains aliments peuvent être nécessaires dans nos vies pour conserver une bonne santé mentale et une bonne relation avec la nourriture.

Se laisser guider par ses préférences, ses goûts, ses instincts et ses signaux de faim est une bonne façon de garder l’équilibre, peu importe l’étiquette de mangeur que la société peut nous donner.

Et vous, quel type de mangeur êtes-vous? Intuitif ou rigide? Est-ce que ce sont vos papilles gustatives et le plaisir qui guident vos choix ou la culpabilité et les règles que vous vous êtes fixées?

 

Rédaction : Maude Lagacé Dt.P. Révision : Marjolaine Mercier Dt.P. 

Références :

 

Joomla SEF URLs by Artio

Horaire nutritionnistes

(sur rendez-vous)

Lundi : 9h00 à 20h00
Mardi : 9h00 à 20h00
Mercredi : 8h30 à 20h00
Jeudi : 10h00 à 20h00
Vendredi : 9h30 à 18h30
Samedi : FERMÉ
Dimanche : FERMÉ

Horaire service à la clientèle

438-882-1719
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Lundi: 9h00 à 17h00
Mardi: 9h00 à 17h00
Mercredi: 9h00 à 17h00
Jeudi: 9h00 à 17h00
Vendredi: 9h00 à 16h30
Samedi: FERMÉ
Dimanche: FERMÉ
*En pause de 12h à 13h tous les midis