438-882-1719 info@mnutrition.ca
 1-833-3MANGER ou 438-882-1719
Prenez rendez-vous maintenant!

 Les tendances alimentaires 2019 qui nous font sourire!  

Fidèle à sa tradition annuelle, Whole Foods a récemment prédit les nouvelles tendances alimentaires à venir en se basant sur les comportements et les attentes des consommateurs de leurs magasins.  

Voilà le top 3 des tendances alimentaires qui nous font plaisir!  

1.    Des produits végétariens aux nouvelles saveurs

Face au végétarisme qui gagne de plus en plus d’adeptes depuis quelques années, l’industrie alimentaire n’a d’autre choix que d’offrir une gamme de plus en plus variée de produits à base de végétaux. Or, la nouveauté depuis quelques temps selon plusieurs experts est que les consommateurs non-végétariens explorent et s’intéressent de plus en plus aux aliments d’origine végétale. Autrement dit, manger végé n’est plus exclusivement réservé aux végétaliens convaincus ou aux « grano ». Amateurs de viande, l’industrie fait ainsi de plus en plus d’efforts pour séduire vos papilles en créant des produits végé aux saveurs se rapprochant à celles de la viande.

Et c’est tant mieux, car les plus grands gains potentiels pour la planète et pour notre système de santé se trouvent dans l’évolution des habitudes alimentaires des grands consommateurs de viande. Pour chaque repas de bœuf ou d’agneau remplacé par des protéines végétales comme des lentilles, des haricots, des noix ou du tofu, on peut réduire l’émission de gaz à effet de serre produit par ce repas de 99%. Cette évaluation est plutôt conservatrice, car elle tient compte d’une petite portion de 75 g de viande, ce qui représente la moitié de la portion consommée par bien des gens. En prime, plus la viande est remplacée par des protéines végétales, plus on peut vivre longtemps en bonne santé. Voilà le secret bien gardé des centenaires des « zones bleues » vivant en Sardaigne (Italie), sur l’île d’Okinawa (Japon), à Loma Linda (Californie), sur l’île d’Ikaria (Grèce) et dans la péninsule de Nicoya (Costa Rica). 

En 2019, l’ingrédient clé de plusieurs produits végé risque d’être les champignons comme la trompette royale. Gageons que vous mangerez peut-être des protéines végétales sans vous en rendre compte cette année!

Pourquoi cette tendance me réjouit? Parce que l’alimentation végétale est bénéfique pour notre santé et celle de la planète, en plus d’être nettement plus économique! En effet, 1 kg de lentilles produit 30 fois moins de gaz carbonique que 1 kg de bœuf, et coute environ 5 fois moins chère. Et c’est sans parler du méthane, un autre gaz à effet de serre, provenant de la digestion des ruminants ou de leurs fameux « pet »… C’est dire que végétaliser son alimentation peut grandement contribuer à la lutte contre les changements climatiques!

Bémol : Attention toutefois aux produits ultra-transformés végétariens riches en sel et faibles en protéines. C’est le cas de plusieurs marques de pizzas, de mets surgelés et de grignotines salées. Oui, les chips, ça peut être une option végé étant donné que c’est un produit composé de pommes de terre, mais ce n’est pas plus nutritif pour autant! 

Pour apprendre à cuisiner les protéines végétales, le site de La Cuisine de Jean-Philippe est un incontournable! Les livres « Ménager la chèvre et manger le chou» de Marjolaine Mercier, et 21 jours de menu: Végétalien de Linda Montpetit et Marise Charron, nutritionnistes pour les cliniques M Nutrition, représente aussi un ouvrage de référence destiné à tous ceux qui veulent végétaliser, en partie ou en entier, leur alimentation.

2.    Les emballages alimentaires durables et les aliments en vrac

Face aux inquiétudes environnementales grandissantes des consommateurs, l’industrie alimentaire recherche également des alternatives plus durables pour emballer les aliments. Des contenants compostables et réutilisables ainsi que des emballages à base de cire d’abeille ou de toiles cirées feront ainsi leur apparition dans les épiceries pour accompagner la nourriture en vrac, qui poursuivra sont expansion en 2019.

Vous voulez faire votre part à la maison ? 

Plusieurs entreprises québécoises offrent maintenant des sacs réutilisables à sandwiches et à collations. C’est entre autre le cas de la fabrik eco.D’autres entreprises comme Api-flex offrent des emballages d’aliments durables à base de cire. Côté nettoyage, des entreprises comme Kliin et 4Moustiques offrent maintenant des solutions durables aux traditionnels essuie-tout de papier jetables. En plus, ils sont si mignons ! 

Pour les amateurs de bricolage et de projets DIY, saviez-vous que fabriquer des emballages à base de cire est un vrai jeu d’enfant ? Vous aurez simplement besoin d’un vieux morceau de tissu lavé (ex. chemise ou drap de coton) et de la cire d’abeille, de Candelilla ou de soya (options végétaliennes). Suivez simplement les étapes simples de cette recette de Lauraki ou des Trappeuses et le tour est joué !

 

Pour réduire votre empreinte écologique un geste à la fois, les blogues de Les Trappeuses et de Laurakis ont des incontournables ! Trouvez-y notamment des recettes pour concocter des emballages alimentaires durables, des produits nettoyants maison et des trucs pour réduire la production de déchets. 

 

3.   La valorisation de la transparence des entreprises

Au delà du prix et du goût des aliments, les valeurs des entreprises sont de plus en plus scrutées à la loupe, car après tout, acheter c’est voter ! Outre l’environnement, plusieurs consommateurs se préoccupent aujourd’hui du bien-être animal, de l’achat local, du respect des producteurs agricoles et de la responsabilité sociale des entreprises. Les attentes des consommateurs se diversifient et la transparence des entreprises est valorisée.

Suivant cette tendance, les circuits courts de commercialisation alimentaire comportant qu’un seul intermédiaire entre le producteur et le consommateur vont probablement retrouver leurs lettres de noblesse. Du moins, c’est ce que j’espère, car ils sont gagnants autant pour les producteurs que pour les consommateurs. Un beau « win win » ! En effet, la réduction des intermédiaires entre le champ et la table permet aux producteurs de vendre leurs produits à meilleur prix, aux consommateurs de faire des économies et des découvertes de produits régionaux, et de réduire le kilométrage alimentaire ainsi que les effets néfastes sur l’environnement qu’il engendre. 

 

Envie d’aller à la rencontre des producteurs d’ici ? Participez aux événements Prenez le champ !de Julie Aubé.

Pourquoi cette tendance me réjouit ? Parce que ceci laisse croire que les consommateurs sont de plus en plus critiques face aux belles promesses des fabricants. Le « greewashing » et le « healthwashing », des techniques de relations publiques et de marketing destinées à donner une image de marque plus « écologique » ou « santé » à certains produits qu’ils ne le sont en réalité, laisse ainsi place au jugement critique (Comment choisir ses sources en nutrition) et à la méfiance des consommateurs. 

Vous avez du mal à démêler les belles promesses de l’industrie alimentaire des réels arguments santé? 

Voici 3 trucs pour démasquer les tactiques de « healthwashing ». 

La présence d’une de ces actions ne signifie pas nécessairement qu’un produit représente un mauvais choix. Elle invite simplement à faire preuve de méfiance et à se renseigner davantage.  

  • Un produit vante son enrichissement en certaines vitamines ou minéraux (ceci peut parfois être une tactique pour faire de l’ombre au côté plus sombre du produit) ;
  • Un produit se dit « naturel » (ce terme n’est régis par aucune règlementation, ce qui explique pourquoi il est largement utilisé à outrance!) ;
  • Les GROS slogans affichés sur certains produits (plus un produit utilise des gros caractères ou des couleurs éclatantes pour louanger ses atouts, plus ces promesses risquent de camoufler des aspects moins reluisants. Bref, prenez garde aux gros parleurs, petits faiseurs. Les aliments entiers et nutritifs comme les fruits et légumes frais n’ont souvent même pas d’étiquettes et sont pourtant d’excellents choix!).

Comment choisir ses aliments ?  

Premièrement, ne laissez pas tomber vos préférences alimentaires, sans quoi le plaisir de manger risque de s’effriter ou pire encore, le cercle vicieux de la privation risque de vous affecter(Lisez le blogue La privation: dans votre assiette ou dans votre tête) Laissez donc vos papilles guider vos choix alimentaires et non uniquement votre tête. 

Puis, plutôt que de se laisser berner par des slogans trompeurs ou des allégations nutritionnelles inscris sur le devant des produits, tournez-les et fiez-vous surtout à la liste des ingrédients pour faire de bons choix. Ces ingrédients placés en ordre décroissant selon leur poids ne mentent pas! 

Attention toutefois de ne pas vous faire tromper par l’astuce que j’appelle « la split » utilisée abondamment par l’industrie alimentaire. Ceci consiste à utiliser différents noms d’ingrédients qui signifient pratiquement la même chose pour faire croire aux consommateurs qu’une substance est moins présente qu’elle ne l’est en réalité. Par exemple, au lieu d’utiliser le terme « sucre » au début d’une liste des ingrédients, les termes « cassonade », «sirop de mais », « fructose », « miel », « sirop de canne », « sucre de betterave » ou autres peuvent apparaitre à différents endroits dans la liste. Bonne nouvelle ! Santé Canada exigera prochainement de regrouper tous les types de sucres ensemble de cette façon : « sucre (miel, cassonade, fructose, etc.) ». Toutefois, cette split agile pourra encore être utilisée avec d’autres substances… Gardez donc l’œil ouvert.

Privilégiez les courtes listes d’ingrédients et des noms que vous connaissez – c’est-à-dire que vous pourriez avoir dans votre garde-manger. Pour en savoir plus sur la lecture des étiquettes, visitez cet article d’Extenso, le Centre de référence sur la nutrition de l’Université de Montréal. 

Assurez-vous également que la majorité des aliments que vous mettez dans votre panier d’épicerie ne proviennent pas d’emballages affichant des slogans accrocheurs. Les fruits, les légumes, les légumineuses, les grains entiers, les fines herbes et les noix sont nutritifs même si peu de slogan ne vantent leurs mérites. Pourtant, ce sont ces aliments peu transformés qui méritent une place de choix dans l’assiette !

Respectez également vos croyances et valeurs, vos goûts et… votre budget !

Bonne et savoureuse année 2019 ! 

 

Maude Lagacé Dt.P.

 

Références :

Baribeau, H., Mercier, M. 2018. Ménager la chèvre et le chou : Découvrez comment l’alimentation végétale peu transformer votre santé. Montréal, Québec : Les éditions La Semaine.

Équiterre. Circuits courts de commercialisation alimentaire. [En ligne] https://equiterre.org/fiche/circuits-courts-de-commercialisation-alimentaire 

Extenso. [En ligne] www.extenso.org   

L’actualité alimentaire. Les tendances alimentaires 2019 selon Whole Foods. [En ligne] http://www.actualitealimentaire.com/actualites/tendances-et-consommation/les-tendances-alimentaires-2019-selon-whole-foods

Meghan Telpner. Healthwashing :8 tips to know. [EN ligne] https://www.meghantelpner.com/blog/healthwashing/

Whole foods market. Our Top 10 Food Trends for 2019. [En ligne] https://www.wholefoodsmarket.com/top-10-food-trends-2019

 

 

Tags: tendances alimentaires végétarisme

Joomla SEF URLs by Artio

Horaire nutritionnistes

(sur rendez-vous)

Lundi : 9h00 à 20h00
Mardi : 9h00 à 20h00
Mercredi : 8h30 à 20h00
Jeudi : 10h00 à 20h00
Vendredi : 9h30 à 18h30
Samedi : FERMÉ
Dimanche : FERMÉ

Horaire service à la clientèle

438-882-1719
Cette adresse courriel est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Lundi: 9h00 à 17h00
Mardi: 9h00 à 17h00
Mercredi: 9h00 à 17h00
Jeudi: 9h00 à 17h00
Vendredi: 9h00 à 16h30
Samedi: FERMÉ
Dimanche: FERMÉ
*En pause de 12h à 13h tous les midis